QUATUOR IMPACT | LE QUATUOR
19080
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-19080,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

LE QUATUOR

Szuhwa Wu, Irène Lecoq, Julia Robert, Anaïs Moreau
Qui sommes-nous ?
LE QUATUOR IMPACT

Créé en 2015 à l’initiative de Julia Robert, le quatuor IMPACT réunit des musiciennes aux personnalités créatrices fortes : Szuhwa Wu, Irène Lecoq, Julia Robert et Anaïs Moreau, toutes quatre issues à la fois de la musique contemporaine et de la musique expérimentale. Il défend un répertoire de musique nouvelle qui décloisonne les genres et développe un rapport au son et au geste libéré des contraintes conventionnelles.

Violon
SZUHWA WU

Remarquée pour la « légèreté, la grâce et la pureté » de son jeu (New York Times), son style expressif et sa sensibilité, crée « une tension stimulante » (Neue Zürcher Zeitung) dans son jeu qui captive son public. Szuhwa s’est produite au Lincoln Center et au Miller Theater de New York, à la Tonhalle de Zurich, au Mozarteum de Salzbourg et au Théâtre National de Taipei. Elle a conçu des spectacles pour le Centre Pompidou et joue régulièrement avec l’Ensemble de Musique Interactive, les ensembles Fabrique Nomade et Tetraktys, et l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté. Son approche pluri-disciplinaire l’a notamment portée vers un spectacle basé sur les Essais de Montaigne, un récital jumelé avec de la musique traditionnelle chinoise et des créations musicales contemporaines, et une performance de « Promenades musicales » dans six sites architecturaux importants dont des villas italiennes de l’architecte Palladio. Diplomée de l’Université de Columbia, de la Juilliard School et de Harvard, en littérature comparée, violon et ethnomusicologie, elle se perfectionne à la Hochschule für Musik de Zurich dans les classes de Zakhar Bron et Nora Chastain.

Violon
IRÈNE LECOQ

Faisant partie de la génération de musiciens classiques formés au langage contemporain, Irène Lecoq obtient en 2002 le 1er prix d’improvisation générative dans la classe d’Alain Savouret au CNSM de Paris. À l’initiative de plusieurs projets, elle se spécialise dans le mélange des arts multipliant les rencontres avec la littérature (Le printemps des poètes à l’Opéra Comique avec la comédienne Dominique Blanc, la Compagnie Les Lézards qui bougent, la Maison de la poésie,…) le théâtre (compagnie des Héliades, La mauvaise graine, L’œil du tigre, In Compagnie,…), la danse (CNSM de Paris, la compagnie Agora,…), le mime corporel, la peinture, le conte (avec la conteuse Fabienne Morel),… Le jeu et la personnalité qu’elle a développé l’ont amenée à rejoindre le quatuor à cordes IXI de 2003 à 2012 et le quatuor à cordes IMPACT en 2017. Irène Lecoq enseigne au Conservatoire d’Ivry sur Seine (94). Elle donne des master class et dirige de nombreuses formations professionnelles sur l’improvisation libre. C’est naturellement qu’elle se penche sur l’écriture de pièces pédagogiques issue du geste improvisé (éditions Fuzeau, éditions Da Camera).

Alto
JULIA ROBERT

Forte d’expériences musicales variées, Julia Robert est une artiste dont l’éclectisme et l’ouverture d’esprit se révèlent dans l’intérêt particulier qu’elle porte à la musique nouvelle.
Altiste de formation, elle termine en 2013 un 3e cycle supérieur spécialisé dans le répertoire contemporain dans la classe de Christophe Desjardin au CNSMD de Lyon et se forme à Berlin auprès de Friedemann Weigle (Quatuor Artemis). En 2014, à sa sortie de la classe d’improvisation générative du CNSMD de Paris, elle rejoint le Collectif WARN!NG avec qui elle se produit dans divers projets, notamment La Nuit Acoustique de Laurent Durupt et Insanae Navis de Januibe Tejera.
À l’occasion du Festival de Darmstadt de 2014, Julia Robert intègre l’ensemble soundinitiative qui travaille en étroite collaboration avec des compositeurs, dont beaucoup font partie de la jeune génération, tels que Mauro Lanza, Clara Ianotta, Jennifer Walshe, Peter Ablinger, Joanna Baillie, Evan Gardner, Santiago Diez Fisher, Stefan Prins, Simon Steen-Andersen, Simon Løffler, Jessie Marino, Alessandro Perini… Inspirée par leur créativité, elle monte un programme dédié au quatuor à cordes. Ainsi naît le projet Les Automates de Descartes qui consiste à établir une relation entre la musique nouvelle, le mouvement, la danse et la mise en espace.

Elle se produit avec Garth Knox avec lequel elle enregistre le disque Leonard sorti récemment chez Tzadik, qui réunit des Anges issus du Book of Angels vol.30 de John Zorn.
Julia Robert intègre en 2017 l’ONCEIM, et participe notamment aux projets Gruidés de Stéphane O’Malley et OCCAM OCEAN d’Éliane Radigue.
Elle joue et compose la musique de Ce qui demeure, le dernier spectacle d’Élise Chatauret. Enfin, Julia Robert, partant de son nom presque célèbre, entame une démarche de performance pour un seul en scène sur les nuances  de la célébrité. Une première étape du projet a été donnée au Festival Artdanthé en mars 2018.

Violoncelle
ANAÏS MOREAU

Anaïs Moreau s’engage dans l’interprétation des musiques d’aujourd’hui lors de ses études, à Boulogne dans la classe de Xavier Gagnepain puis au Royal College of Music de Londres où elle obtient un Master avec Distinction dans la classe de Leonid Gorokhov en 2005, et où elle travaille avec Rohan de Saram la Sequenza de Berio. Suite à sa rencontre avec le violoncelliste Christophe Roy en 2006, elle intègre les ensembles Nomos et Laborintus avec lesquelles elle expérimente le théâtre musical, la musique mixte, l’improvisation… Elle poursuit cette dynamique en rejoignant en 2016 l’ONCEIM et le collectif WARN!NG. La collaboration avec les compositeurs étant au centre de la démarche de ces ensembles, elle rencontre Mauricio Kagel, Alessandro Solbiatti, Stefano Bonilauri, Michele Tadini, Jean-Pierre Drouet, Luis Naon, François Rossé, Sylvain Kassap, Tomas Bordalejo, Eliane Radigue, Jérôme Noetinger… Autant de langages que de perceptions et de visions du monde. L’enseignement occupe une grande part de son activité, dans sa classe de violoncelle du CRD de Pantin et dans divers ateliers de découverte de la musique contemporaine.