QUATUOR IMPACT | Or Katz
21746
page-template-default,page,page-id-21746,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 
LES AUTOMATES DE DESCARTES
OR KATZ
Metteure en scène, artiste plasticienne

Auteure et artiste plasticienne, Or Katz se forme à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en Cinéma d’Animation, dont elle sort diplômée en 2011. 

Initiée très tôt au dessin par son père et nourrie d’influences variées (Bosch, Dürer, Goya, Ernst, Bellmer, Mœbius, Miyazaki…), son imaginaire déploie des mondes poétiques surréalistes et grinçants autour de thèmes relatifs à l’humain, ses limites et ses rêves : utopies, mythologies, monstres et folies.

Elle développe des livres d’artistes qui associent écrits personnels, gravures et photographies et expose régulièrement à la Journée de l’estampe contemporaine et au sein du collectif d’art urbain le Labolic.

Fascinée par l’univers de Švankmajer et des frères Quay, elle se forme à l’animation de marionnettes et à la sculpture. Ses premiers courts-métrages, dont elle compose les bandes sonores, expérimentent le rapport de la musique à l’image. Pour son film Éclipse, réalisé en 2012, elle invite un danseur, un compositeur, des chanteurs et un comédien à développer les voix intérieures d’un personnage qui se débat avec la maladie, dont la polyphonie se décline à travers la pantomime désarticulée d’une lente danse, les circonvolutions d’une parole fleuve et des interludes oniriques où se mêlent dessin et chant. Le film a été projeté au Centquatre à Paris au sein de l’exposition L’Envers et l’Endroit.

Elle s’oriente depuis lors vers une recherche plus théâtrale, mettant en scène ses textes dans des tableaux poétiques où le corps, la voix et l’espace cherchent leur équilibre entre abstraction et expression, dans un rapport étroit au silence, à la musique et aux mots.

Or Katz intègre en 2017 la Compagnie Leidesis pour le projet du Quator IMPACT Les Automates de Descartes dont elle fait la mise en scène, la scénographie et les costumes.

Elle achève en juin 2017 une résidence au Collège des Bernardins sur le projet Glossolalia, une peinture sonore et poétique, en collaboration avec Vincent Lê Quang et le Collectif WARN!NG, qui pose les prémices d’une nouvelle pièce sur les langues imaginaires.

Elle prépare actuellement la mise en scène et l’édition d’un projet lyrique jeune public : Le Rêve d’Etna, écrit avec le compositeur Vincent Wavelet, pour lequel ils sont lauréats de la Fondation Beaumarchais.